Bordeaux 

Il y a 3 produits.

Sous-catégories

Valmengaux - Bio

Domaine de Valmengaux

Valmengaux, c’est l’histoire de… plusieurs histoires : mais UN SEUL VIN, et QUEL VIN, génial !!

  • Celle d’un couple de vignerons audacieux (Béatrice et Vincent Rapin) qui a choisi de bâtir ce domaine en 2000 sur les coteaux en pente douce de Vérac plantées de vignes de 30 à 70 ans d’âge sur des sols argilo-calcaires bien drainés propices à l’élaboration d’un grand Bordeaux
  • Celle d’un autre couple de néo-vignerons, passionnés de vin qui, depuis 2017, poursuit l’histoire de ce domaine de 4 hectares, toujours en bio, avec le soutien de leurs prédécesseurs : Valérie, (toujours) responsable ressources humaines dans le secteur médico-social ; David, 20 ans passés en contrôle de gestion et systèmes d’information, dans la grande distribution et les jeux vidéo… et l’envie de cultiver des vignes, faire du (bon) vin et vivre autrement
  • Celle de 50 amis qui ont rendu possible cette nouvelle aventure via un groupement foncier viticole, « Les Amis de Valmengaux »
  • Celle d’une ambition partagée : faire des vins de plaisir, d’émotion, qui expriment ce que le terroir et la vigne ont de meilleur à donner, pas ce que la chimie voudrait leur faire dire

Celles que vous écrirez avec nous en buvant Valmengaux !

Château Vieux Taillefer

Catherine & Philippe Cohen

Biodynamie

Château Vieux Taillefer / Saint Emilion

Propriété familiale, le Château Vieux Taillefer, 5 hectares de vignes en Saint-Emilion Grand Cru produit deux vins, Château Vieux Taillefer et Pavillon de Taillefer. L'attention apportée dans les vignes et notre chai entièrement rénové en 2007 est essentielle pour offrir à la dégustation des vins exprimant les terroirs de Saint-Emilion.

Champ des Treilles Bio

Corinne & Jean-Michel Comme

Biodynamie

Notre aventure est avant tout un projet humain. Le lieu est de taille modeste, il représente le travail d’une vie pour mes grands parents, italiens arrivés en France dans les années 20. Cette terre que nous chérissons pour ce qu’elle nous donne de meilleur, porte sur ses vieux ceps, une partie de l’histoire du vingtième siècle : les replantations dès la Libération, les gelées des années 50, les labours avant le départ en Algérie, l’abandon de la traction animale, la mutation du paysage devenu vignoble tout autour. Mais les ceps se souviennent sûrement des soins quotidiens apportés de façon maternelle par ma famille. Sans trop y croire, j’espère néanmoins qu’ils auront conservé traces de mon arrivée dans cet environnement. D’abord enfant jouant avec mon frère sur une couverture au bout des rangs. Puis les premiers travaux faciles à effectuer, jusqu’au jour où, récompense suprême, j’ai enfin pu conduire le tracteur dans les vignes. Un jour pourtant, le glas des cloches de l’église toute proche a annoncé que des temps nouveaux arrivaient et qu’une nouvelle génération était là pour prendre le relais avec là aussi une couverture au bout des rangs… Le projet n'était pas seulement le mien mais aussi celui de mon épouse, Corinne et de mes enfants, Thomas et Laure. Sans cette cohésion entre nous quatre, rien n'aurait pu se faire. Il ne s’agissait pas de « reprendre un vignoble » mais plutôt de devenir un maillon d’une longue histoire. Au-delà de ces considérations, il fallait adapter le vignoble à sa nouvelle vie, c'est-à-dire produire du vin signé par nous pour une mise en bouteilles sur place. Nous n’avons jamais envisagé d’arracher le moindre vieux cep, par contre, il fallait planter quelques hectares supplémentaires, pour assurer une pérennité économique à notre projet tout en conservant un lien quasi parental avec chaque cep. Les difficultés du chemin et l’excitation procurée par les évènements forts tels que les vendanges, ont rythmé nos premières années de viticulteurs. Nous avons toujours gardé notre cap malgré les moments difficiles. Puis, les vins tant attendus sont arrivés. Bien sûr, ils ressemblent à leur terroir, et en plus, ils ont en eux une partie de nous mais aussi de nos enfants qui sont toujours à nos côtés. Cette authenticité, c’est notre fierté. Jean-Michel Comme Régisseur de Pontet-Canet

Domaine de l'Alliance

Valérie & Daniel Alibrand

Biodynamie

Guide Vert *

Figure montante du vignoble de Sauternes, Daniel Alibrand, marin-pêcheur en Vendée auparavant, arrive par hasard à Sauternes où il s'installe en 2005. Peu interventionniste depuis ses débuts, il travaille en bio. Ses vignes sont situées sur le secteur de Fargues. Les vins se distinguent par leur équilibre et sont au niveau de bien des crus classés, à la fois pleins et digestes, dotés d'une très belle énergie. Ils méritent leur place dans votre cave.

Les vins : Définition sent les herbes, sensation couplée à celle d'une maturité du fruit. La bouche dense et puissante, avec du poids, offre un fruit gras et onctueux malgré une certaine vivacité. Déclinaison délivre un parfum qui évoque l’ananas frais. Il a le nez d’un liquoreux mais c’est bien un vin sec avec de la sève en bouche, un très beau volume et un fruit d’une grande limpidité. Ce beau vin de gastronomie montre la voie et le potentiel du terroir de Fargues pour produire des blancs secs. Le liquoreux est racé, porté par une liqueur abondante mais équilibrée par de beaux amers en finale. Intense et précise, sa belle concentration lui assurera un avenir radieux. Superbe.

Le domaine de l'Alliance se trouve dans le sud-est de l'appellation Sauternes, entre Langon et Fargues. Il a vu le jour en 2005 quand Daniel et Valérie Alibrand ( Figure montante du vignoble de Sauternes ) ont acheté des vignes pour une création ex-nihilo, sans reprendre aucun domaine préexistant. Ils exploitent aujourd'hui 8 hectares qui recouvrent un ensemble de terroirs de graves où l'on trouvera une présence argileuse voir même une partie riche en fer et complexe à travailler. L'encépagement est de 80% de sémillon, 18% de sauvignon blanc avec un peu de gris et 2% de muscadelle, pour des vignes qui ont plus de quarante ans en moyenne. Une parcelle est même d'âge inconnu, personne n'ayant pu l'estimer lors du rachat. Le domaine est certifié en agriculture biologique, démarche qui fut entamée très rapidement après l'achat. Daniel Alibrand résume en quelques mots l'esprit qui anime son travail : il parle de respect du terroir et du millésime, il parle de travail, d'encore et toujours plus de travail. Enfin, il aime à expliquer que s'il y a trop à faire au chai, c'est qu'il n'a pas été fait assez dans les vignes. Ces vins se distinguent par leur grand équilibre, et ils sont au niveau de bien des crus classés, à la fois pleins et digestes, dotés d'une très belle énergie. Ils méritent leur place dans votre cave.

Château Haut-Bergey

Les origines du Château Haut-Bergey remontent au XVème siècle. Procédant au regroupement de terres, les seigneurs de La Louvière et d’Olivier donnent naissance à un nouveau fief, le mayne de Ponteil, qui constitue le noyau initial de Haut-Bergey.
A proximité de l’emplacement actuel du château, se dressait sous l’Ancien Régime la maison noble de Ponteil. De siècle en siècle, la propriété appartient à des Conseillers du Roy et à des négociants bordelais qui en font leur demeure et poursuivent l’activité viticole.

C’est au milieu du XIXème siècle qu’est édifiée l’élégante maison de maître que l’on connaît aujourd’hui. Bien que la culture de la vigne bénéficie à cette époque d’une conjoncture favorable, le domaine se transforme peu à peu en un lieu de villégiature.
Il faut attendre 1957 pour que la viticulture y soit réintroduite. La propriété recouvre en quelques années des dimensions plus amples, et l’acquisition d’une partie de l’exploitation voisine de Bergey lui permet de signer son renouveau en adoptant le nom de « Château Haut-Bergey ».

En 1991, séduite par les atouts de son terroir et le charme de sa demeure, la famille Garcin devient propriétaire du château. Dirigée par Sylviane Garcin-Cathiard, la propriété vit un vaste plan de réhabilitation à la vigne comme aux chais, tout en adoptant les bases d’une agriculture soucieuse de l’environnement.
Depuis 2014, Paul Garcin œuvre à la tête du domaine qu’il décide de conduire en bio puis en biodynamie. Entre continuité et commencement, se dessine une nouvelle ère du Château Haut-Bergey.

Château Branon

Propriété ancienne renommée au XVIIIe siècle, le Château Branon est niché au cœur de Léognan sur une magnifique croupe de graves orientée Sud-Sud-Ouest. Il donne naissance à un unique vin rouge tout en élégance et en complexité.

Les vestiges du château et les chais qui renferment l’un de plus anciens pressoirs en pierre de Gironde attestent son passé remarquable. Laissant entendre la qualité du cru, la maison de négoce Schröder et Schÿler le commercialisait en 1865 au prix des Quatrièmes Crus Classés 1855.

C’est avant tout la diversité des sols de graves complexes au sous-sol argilo-graveleux, témoignant des cours anciens de la Garonne venant des Pyrénées, qui fonde son caractère singulier.

Depuis maintenant plus de 15 ans, la famille Garcin concentre ses efforts pour faire naître du domaine un vin précis et rare, à la mesure de son terroir.
Conduit par les mêmes équipes que le Château Haut-Bergey, Le Château Branon bénéficie également de la certification en agriculture biologique et biodynamique.

Issu de parcelles anciennes vinifiées dans le plus grand respect des raisins, Château Branon s’inscrit dans la pure tradition des grands vins de terroir.


Le cru incarne l’expression de très vieilles vignes, dotées d’une concentration naturelle exceptionnelle. Il bénéficie d’une vinification en barriques de vinification intégrale, puis suit un élevage à 100 % en fûts neufs.

Pessac-Léognan AOC

120,00 CHF

Pessac-Léognan AOC

120,00 CHF
Résultats 1 - 3 sur 3.