Lucien Le Moine

Rothem & Mounir Saouma

Lucien Le Moine 

Il n'y a aucun produit dans cette catégorie.

Sous-catégories

Millésime 2016

Le millésime 2016 nous rappelle la grande année de 2010. En raison d'un début de printemps difficile avec le gel du 26 et 27 avril, les volumes sont faibles cette année. Les mois d'été étaient alors parfaits avec des pluies au bon moment et des températures clémentes. En automne, des raisins sains de la plus haute qualité ont été récoltés.

Millésime 2017

En 2017 La précision de vins de Mounir n'est plus a démontrer, elle est la réalité de la grandeur des terroirs de la Bourgogne dans toute sa magie, dans toute sa complexité. Une leçon des climats une compréhension de sa géologie... Santé.

Primeurs 2018

Disponible Mars 2021

Les vins de Lucien Le Moine sont un regard différent de la Bourgogne en 2018

Mounir Saouma de Lucien Le Moine va souvent à l'encontre de la sagesse dominante en Bourgogne; une dégustation de ses 2018 révèle une multitude de Pinot Noirs et Chardonnays potentiellement classiques

Bruce Sanderson, rédacteur en chef, premier dégustateur de Wine Spectator pour les vins de Bourgogne, vient de rentrer de France, où il a visité de nombreux domaines et autres propriétés remarquables tout en découvrant le dernier millésime.

Mounir Saouma, interprète généralement les millésimes différemment de nombreux autres domaines et marchands en Bourgogne. Le millésime 2018 en est un exemple. Alors que de nombreux 2018 sont déjà en bouteille et que certains peuvent déjà être trouvés sur les listes de vins locaux, les cuvées Lucien Le Moine reposent toujours en barrique, non soutirées et sans soufre. Mounir aime perturber la conversion malolactique pour prolonger le processus de fermentation et ralentir le vieillissement des vins. Il aime aussi avoir beaucoup de lies, environ 6 litres dans chaque tonneau pour nourrir les vins naissants. Alors que ses Pinot Noirs 2018 sont maintenant clairs et reflètent leurs terroirs, ses Chardonnays sont encore troubles, pleins de gaz carbonique et relativement mal formés.

"Je me fiche du fruit, nous construisons le terroir et la texture », explique-t-il en se référant à ses blancs. "Il est très facile de faire de bons vins blancs, mais très compliqué de faire de grands vins blancs. Ils sont nés sans rien, donc cela prend beaucoup de temps pour les construire. »

Un élevage long

Au pressurage, en octobre, les vins reflètent leurs terroirs ; en mars de l'année suivante, ils avaient tous le même goût, note Mounir. Et enfin, presque un an plus tard, ils expriment à nouveau la pureté du lieu.

 Encore une fois les vins de Lucien Le Moine sont la pure expression des terroirs.